Bien que le marché soit peu développé aujourd’hui, c’est très probablement dans le domaine civil que les drones sont appelés à jouer le plus grand rôle et ce, du fait de leur souplesse et de leur polyvalence d’emploi.

La palette des applications potentielles est presque illimitée, celles-ci étant d’autant plus crédibles qu’elles peuvent répondre à un besoin qui n’est pas couvert par un avion piloté.

C’est le cas des missions qui peuvent être considérées comme dangereuses, pénibles physiquement pour l’équipage, ou ennuyeuses.

Comme dans le domaine militaire, les exemples d’applications potentielles peuvent se diviser en plusieurs grandes catégories :

1/La surveillance et l’observation

  • Etudes scientifiques
    • Étude de l’atmosphère, des sols (géologie) et des océans
    • Etudes et prévisions météorologiques
  • Surveillance d’urgence
    • Incendies de forêts, avalanches
    • Volcans, tornades
    • Recherche et sauvetage
    • Evaluation des dégâts en cas de catastrophe naturelle (inondation, tempête, marée noire, éruption, tremblement de terre, etc.)
  • Surveillance civile
    • Surveillance des cultures et épandage agricole
    • Surveillance maritime (voies maritimes, trafic de drogue, clandestins, détection des pollutions par hydrocarbures, localisation pour sauvetage).
    • Surveillance urbaine, des manifestations, ainsi que des frontières
    • Inspection des ouvrages d’art tels les ponts, les viaducs, les barrages
    • Surveillance des oléoducs, gazoducs, caténaires et voies ferrées, lignes à haute tension
    • Surveillance du trafic routier et du transport de matières dangereuses

2/ Des missions exploitant le vecteur aérien

    • Transport de fret
    • Cartographie
    • Utilisation par l’industrie cinématographique
    • Largages de vivres et d’équipements de sauvetage en zones hostiles

3/ Des missions spécifiques

    • Relais de communications
    • Missions dangereuses (détection de gaz toxiques, radiations)
    • Recherche et sauvetage (mer, montagnes, désert…)

Ces applications sont évidemment susceptibles d’intéresser un large éventail de clients utilisateurs, publics et parapublics, tels que la Police, la Gendarmerie (corps d’état militaire mais ayant des besoins assimilables aux besoins «civils»), les Pompiers (évaluation de sinistres, repérage de réfugiés dans un immeuble ou sur le toit), la Sécurité civile, EDF-GDF, la SNCF, France Télécom, Laboratoire Central des Ponts et Chaussées (LCPC), etc.

De nombreuses entreprises privées sont également concernées, dans les secteurs du bâtiment, des travaux publics, de la prospection (minière et pétrolière), des télécommunications, etc.

On peut même imaginer la création de sociétés privées, sorte de «compagnies aériennes» d’un nouveau type, qui, étant propriétaires d’une flotte de machines, loueraient leurs services à des tiers. Le développement de l’utilisation civile des drones aurait vite fait, comme pour toutes nouvelles technologies, de susciter des systèmes d’exploitation structurés à buts lucratifs.

La palette des applications civiles de nos Drones  est presque illimitée.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires